L'interview : FNARTCH


FNARTCH est à l'origine un projet solo monté par Stefana (que nous avons reçu) en 2013 et s'est ensuite décliné en groupe en live band. L'actu de FNARTCH est bien chargée pour cette année 2017 avec la sortie d'un EP qui amorcera un album pour la rentrée, la création d'un clip... Stefana nous raconte donc tout cela dans une interview, elle aussi, bien remplie !

- Pourquoi s'être lancé dans ce projet ? Tu partais sur un projet solo à la base ?

Initialement, le projet est en solo effectivement... Pour autant, ce serait un peu réducteur de dire que ce serait un projet solo ou projet de groupe, du fait que ce sont un peu les deux ! Mais oui, le projet solo a évolué sur une variante groupe pour pouvoir présenter le projet à un public un peu plus large et sous une forme un peu différente.

Il existe donc aujourd'hui les deux formes : groupe, que l'on a pu voir lors de la Bourse aux Jeunes Talents notamment...et en solo, où je joue seul en set électro.

- Comment se passe la composition d'un morceau ? C'est toi qui composes et proposes à ton live band et vous le réadapter sur scène ensuite ?

De manière générale...oui ! Le set solo, je le fais tout seul mais les morceaux en live band, c'est une transposition de ce que l'on joue sur scène. J'apporte une grande partie des mélodies, de certains textes et accords que l'on retravaille ensemble pour pouvoir se les approprier ensuite...

- D'où viennent tes influences électro et dreampop ?

Les influences électro sont assez variées et diverses dans le temps. Si on remonte à quelque chose d'ancien, je suis pas mal influencé par Yellow Magic Orchestra (pionnier de l'électro nippon). J'aime beaucoup car c'est très mélodique, très loin de l'électro occidental que l'on connaît. En termes de mélodie et d'accord, ça me parle beaucoup...

Après pour revenir dans des sons plus contemporains, l'album Discovery de Daft Punk m'a clairement fait voir la musique électro de manière différente.

- On retrouve cela dans tes musiques et tes influences qu'on pourrait qualifier d'aériennes, c'est ce que tu recherches ?

Oui ! En tout cas sur le premier album et même sur le dernier EP, il y a vraiment cette touche très stellaire qu'on a voulu apporter que ce soit sur le plan du son, du texte ou même graphique... C'est le début de la fiction que j'ai écrite, qui se déroule dans cet aspect stellaire. C'est une invitation au voyage, physique, spirituel voire même mystique !

- Peux-tu nous présenter ton projet de BD avec la création d'un clip et tout l'aspect visuel qui suit ?

Initialement, le projet se base sur une fiction que j'ai commencé à écrire...et qui est toujours en cours d'écriture d'ailleurs. Dans l'idéal, je souhaiterais le décliner sur 3 albums, plus quelques EP avec, pour en faire une trilogie voire une pentalogie qui viendrait être une bande originale de cette fiction-là ! Pour faire simple, cette fiction relate la question de l'Homme à se poser, par rapport au sens de la vie, où est-ce que l'on va, qu'est-ce que l'on fait et aborder la thématique de ce questionnement sous divers aspects : émotionnels, relations, philosophiques...

Le but serait de la transfigurer par des chansons, des sons...ou des images. Je me suis associé à un dessinateur qui s'appelle TOLAVEB et qui travaille avec moi sur l'écriture de cette BD qu'on pourrait qualifié de roman graphique.

- Voudrais-tu en faire un film avec, pourquoi pas, ta musique en fond ?

Ce serait l'un de mes rêves en effet...mais je pense que ça sera beaucoup pour plus tard, il y a énormément de choses à faire avant. Dans l'absolu, ce serait quelque chose de très, très intéressant oui à l'image de Daft Punk avec Interstella. Mais dans une version peut-être un peu moins romancée, plus contemplative !

- Peux-tu nous évoquer ton projet KissKissBankBank qui a bien fonctionné. Tu as récolté de l'argent qui t'a permis de financer un vinyle, un clip et une BD. C'est bien cela ?

La campagne de crowdfunding était uniquement dédiée au financement du clip...et cela a très bien fonctionné en effet. Nous avons fait 8 jours de tournage : le montage final est fait et actuellement nous bouclons l'insertion des montages 3D. Pour le vinyle, il va arriver : il sera dispo à la rentrée !

- Comment as-tu travaillé sur l'album qui va sortir ? L'as-tu conçu avec ton live band ?

Cet album a la particularité d'avoir été conçu et réfléchi pour le live band en effet ! On a transposé ce qu'on jouait sur scène, on l'a enregistré et créer d'autres morceaux... Avec un peu de recul, on l'a fait assez rapidement à savoir qu'en neuf mois, il est sorti de terre : enregistré, mixé, masterisé... On l'a fait ensemble et j'ai apporté une bonne partie des textes et des mélodies.

Ensuite, on a travaillé le son global pour arriver sur un résultat à la fois moderne et vintage. Il y a pas mal de sons de synthés des années 1980 et 1990 que l'on reprend, des sons qui ont bercé notre enfance et qui nous influait dans nos couloirs musicaux. En même temps, on a travaillé des sons de synthés pour arriver sur des textures assez aérées pour arriver à quelque chose de moderne.

- Quel est ton modus operandi lorsque tu composes ?

Mon mode de création est assez divers. Je peux démarrer à composer à partir d'une guitare ou un clavier comme je peux composer sur la base d'un texte...ou bien l'inverse ! Des fois, je commence avec l'ordinateur où je mets en boucle une grille d'accords et un beat qui suit derrière. Sur deux morceaux, il nous est aussi arrivé de le créer lors de répétitions.

En tout cas, ce qui est sur, c'est que sur tous les morceaux, on a toujours gardé la première idée qui venait en tête. C'est souvent la bonne d'ailleurs !

- Si tu devais choisir une chanson de cet album et qui le représenterait, tu choisirais laquelle et pourquoi celle-ci ?

C'est une chanson qui n'est pas sur l'EP et que l'on réserve pour l'album justement ! Elle s'appelle Come and see, c'est le milieu central de l'album. C'est un morceau très massif, lourd sur les refrains et qui en même temps reste très aéré sur les couplets. C'est un paradoxe entre la puissance et la légèreté, où je chante en anglais et en français également.

- Justement, tu avais pour habitude de ne chanter qu'en anglais ?

Sur les premiers morceaux, je ne chantais qu'en anglais en effet... Mais là, j'ai fait le choix de partir sur du français et de l'anglais : la langue française est une langue qui est très belle mais difficile à manier donc on a fait très attention sur l'écriture et l'interprétation pour arriver sur quelque chose...de bien !

Les deux langues sont très belles et elles invitent toutes les deux selon les mélodies, à ressentir des choses. Come and see symboliserait donc bien l'album...

- Tu as été lauréat de la Bourse Jeunes Talents de la Ville de Nîmes. Quels bénéfices en as-tu tiré ?

Ce qu'il y a vraiment de bien avec la BJT, c'est déjà...la bourse ! Elle est très appréciable pour un groupe qui a des projets, qui veut se professionnaliser. Produire un album prend du temps, coûte de l'argent, il faut être accompagné de gens qui regardent. Pour le coup, on est contents car on a pu bénéficier de l'accompagnement de Paloma notamment sur l'aspect scénique.

Dès lors que l'on a obtenu la Bourse, on a fait le choix de se focaliser sur la production de l'album. En règle générale, c'est pour faire un EP mais nous avons fait finalement fait le pari de faire un album avec les mêmes moyens en sachant également que dans le groupe, nous étions deux à avoir des home studios où l'on a pu faire le travail de fond autant à la maison qu'en studio. Et actuellement, nous finalisons le spectacle avec Paloma...

- Tu évoques Paloma. Est-ce qu'il vous aide pour les démarches, notamment administratives ?

Nous avons suivi des WikiPaloma...mais on avait quand même été bien avancés sur ce plan-là, déjà avant la BJT...

- Vous avez joué à la Maison Carrée et à Paloma. Que retiens-tu de ces expériences ?

De très belles scènes... Le décor est juste génial, ça rend très bien sur les photos et les vidéos ! C'était très bien aussi d'être émergé au milieu de la ville, même si les gens ne s'arrêtent pas pour prendre le temps au moins ils sont interpellés. On en garde de très bons souvenirs en tous les cas !

Paloma aussi ! Très belle acoustique, bel endroit, l'accueil est super, les gens sont cool... On retrouvera d'ailleurs Paloma non pas sur la scène mais en tant que juré de...la Bourse aux Jeunes Talents le 22 avril !

- Qu'est ce que l'on pourrait te souhaiter pour les années qui viennent ? Vous avez de nouvelles dates pour 2017 ?

On est en train de travailler sur la tournée qui va accompagner la sortie de l'album, d'ici la rentrée ! Normalement, on a quelques dates d'ici la fin de l'été que vous pouvez retrouver sur notre Facebook...

Nos remerciements à Stefana et sa disponibilité... Vous pouvez retrouver l'actu de FNARTCH sur leur Facebook mais également leur site officiel ! De plus, vous pouvez écouter leur dernier EP Jeopardy sur BandCamp.

Merci également à Antonin Boin de la radio RAJE Nîmes pour son aide précieuse.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
Gard.png
logo2.png
logo.png
10-LOGO-SILO-2018-simple.png
logo_sma-1.png

© FéMAG, 2020