L'interview du mois : Nick Cutter

4/12/2017

 

Ce mois-ci nous avons rendez-vous avec Nick Cutter qui nous présente son nouvel album "Van Gogh avec un sonotone" entièrement autoproduit. N.I.C.K est un rappeur cinéphile très productif avec une dizaine de projets déjà sortis, et pleins d'autres en vue...

 

 

Tu peux te présenter rapidement ? Quel est ton nom de scène ? D’où tu viens ? Quand tu as commencé le rap ?

 

Nick Cutter, anciennement N.I.C.K, j’ai commencé avec ce blase là. J’ai débuté par la scène, c’est à ce moment que j’ai vu que ça devenait plus sérieux, à partir du premier concert en 2010. J’ai eu plusieurs groupes à l’époque à Sumène, y’a une bonne dynamique dans ce village y’a un vivier d’assos, enfin à l’époque où moi j’y baignais. C’est là que j’ai rencontré les premiers gens avec qui j’ai fait de la musique sérieusement, et du coup c’est parti de là. Maintenant les groupes certains sont morts, d’autres sont nés… J’ai toujours fait du solo en parallèle et c’est là-bas que j’ai créé le groupe Frêres de Chaussures avec Fat Shew qui existe toujours. On tourne encore, on évolue encore, on a été rejoint par un DJ, Vons Planet. Y’a encore pas mal de connexions avec tout ce coin là, j’y travaille encore, je fais des trucs là-bas. 

 

Tu viens de sortir « Van Gogh avec un Sonotone » que tu as entièrement autoproduit, j’ai cru comprendre que ce n’était pas ton premier projet, tu peux revenir un peu sur ton parcours ? 

 

J’ai sorti beaucoup de projets, je suis un peu hyperactif. Entre autres, « Passé Composé » c’est un album en commun avec Tyza La Réplic que j’aime beaucoup. C’est un mec que j’ai rencontré grâce à la musique et de fil en aiguille on a passé un an ensemble à faire un album que j’aime bien. Il a fait toutes les instrus et là on va en faire un nouveau en commun. Sur « Van Gogh Avec Un Sonotone » mon dernier album c’est moi qui ai fait toutes mes prods et je l’ai bossé avec Tyza également dans son studio La 34è Chambre. Je suis pas un homme de son au sens technique, j’ai pas envie de m’enregistrer moi-même, ça me prend la tête parce que je ne suis pas bon là- dedans. Du coup j’ai fait vachement confiance à Tyza là-dessus en plus je sais que là j’étais dans le délire film d’horreur, sombre, etc… et je voyais bien Tyza là-dessus. J’avais toutes les idées en tête et Tyza a bien saisi ce que je voulais. J’ai fait un album qui s’appelle « Par 4 Chemins » que j’aime bien, j’avais participé à un Open Mic sur Montpel’ et j’avais gagné des prods de beatmaker du coin. A la base ça devait être un 4 titres mais comme je sais pas m’arrêter j’ai fait un 10 titres. J’aime bien le format solo parce que ça me permet d’aller dans mes délires à fond. Il date un peu mais je l’aime bien. 

 

 

 

Combien de projets as-tu sortis en tout ?

 

Avec les groupes et tout je crois que y’en a plus de 10. Y’a du pro, du moins pro, j’en ai fait dans ma chambre aussi tu vois. Mais oui y’a beaucoup de projets, y’en a encore d’autres qui arrivent. J’ai du mal à fonctionner sans projets, j’suis pas dans le délire faire des freestyles de promo, faire ma comm’… J’ai envie de le faire, mais j’ai besoin d’un titre, d’un concept, ça me motive.. J’suis un peu à l’ancienne là-dessus, j’aime les albums concept. 

 

Ton nom de scène a un lien avec la série ?

 

(Rires) On m’a demandé pareil y’a pas longtemps, il a un lien mais détourné parce qu’à la base mon blase c’était N.I.C.K quand je pose, et Prodcutter quand je produis. Et un jour j’me baladais dans un magasin de DVD et j’vois une série qui s’appelle Nick Cutter. Du coup j’ai rigolé avec ça sur Facebook parce qu’ils me demandaient un nom mais y’a des gens qu’ont jamais vu que mon blase c’était N.I.C.K, tout le monde m’appelle Nick. 

 

T’es passionné de cinéma fantastique ?

 

Carrément, tu dois t’en douter un peu je pense ! Sur le dernier album c’est carrément ça l’influence, ça fait quelques années que je baigne dans cet univers de films fantastiques, de films d’horreur, mais genre que j’y baigne vraiment. A tel point que là j’en ferais presque une overdose, tellement j’en ai parlé et que j’ai été influencé par ça. Mais oui, j’suis le genre de mec que tu peux retrouver au cinéma pour aller voir un petit film d’horreur. Je vais dans des festivals etc… D’ailleurs ce projet je voulais vraiment le tourner dans des cinémas. Le souci c’est la différence des cultures, ça les fait tiquer un peu le format rap. Le cinéma j’y passe un temps fou, j’y vais même en solo. Depuis gamin c’est ma passion, avant le rap.

 

 

 

Pourtant le rap commence à faire des percées au cinéma, on retrouve par exemple Nekfeu qui a tourné avec Catherine Deneuve, ou encore le film Patients, avec Sam’s réalisé par Grand Corps Malade… C’est encore trop timide selon toi? 

 

On sent que c’est en train de se développer à mort le rap, genre nous on le sait parce qu’on baigne dedans mais je trouve ça un peu triste de voir des gens qui sont en dehors de ça et qui tiennent à y rester.. Ils s’en rendent pas encore compte mais à un moment ou à un autre y’a moyen de mélanger tout ça. Même les gérants de salle, j’avais un projet de spectacle à faire tourner dans les salles de cinéma pour mon dernier album, dans des festivals d’horreur, etc… C’est difficile de faire sortir les gens de leur propre culture. Nous comme tout le monde d’ailleurs.

 

Le mouvement est en train de changer, le rap devient de plus en plus populaire et éclectique. On peut même y trouver des similitudes avec la variété française, t’en penses quoi de tout ça?

 

Aujourd’hui je trouve que n’importe qui peut rapper. Un mec comme Lil Peep par exemple dans les années 90 on l’aurait pas vu. J’ai un autre groupe qui s’appelle Tel Quel qui est assez original, on a pas de beat rap, je suis accompagné par Dominique Gazaix qui joue du violoncelle, de la guitare… J’ai discuté avec lui qui vient d’une autre culture et qui pense également que le rap devient de la variété. Orelsan par exemple je trouve qu’il a bien compris le truc, d’aller vers ailleurs mais de rester un rappeur. Moi si un jour je fais de la chanson, avec Tel Quel c’est là où on va, tu sentiras toujours que je suis un rappeur. Un jour lors d’un entretien d’embauche on m’avait dit tu parles comme un rappeur. Quoi qu’on fasse, ça nous collera à la peau. Ce changement je le  trouve pas inquiétant.

 

J’ai vu que ton album n’était pas sur les plateformes de streaming, c’est un choix?

 

J’aimerais bien être sur les plateformes de streaming justement, j’ai fait les démarches mais ça tarde. En revanche il est disponible en écoute sur bandcamp. J’ai plein de gens qui souhaitent écouter le projet en streaming. Moi le premier j’écoute sur Deezer. Mais j’aime beaucoup le format CD, je me projette un peu mais j’me vois bien à 50 piges réécouter mes skeuds.

 

 

" J’ai sorti beaucoup de projets, je suis hyperactif, avec les groupes et tout je crois que y’en a plus de 10. "

 

 

Quels sont tes projets en cours?

 

Là y’a le premier projet de mon groupe Tel Quel, c’est un 4 titres pour présenter le groupe il va sortir bientôt. On est accompagné par une structure qui s’appelle Demain Dès L’Aube pour ce projet. On va essayer de le faire tourner un peu, de se développer un peu. Sinon moi en projet avec Frêres de Chaussures on enregistre des morceaux, on va en clipper, on se cherche une nouvelle touche. En solo moi je vais faire des 4 titres, 6 titres maximum, mais je vais me calmer un peu sur les albums. Le format 4 titres ça me permet de me défouler dans ma productivité, j’ai de plus en plus de demandes de collab’… Ça me permet de pas me prendre la tête. Je vais en balancer un cadeau pour Noël, j’aurais dû les sortir avant l’album mais je les ai pas sorti du coup j’vais le faire cadeau pour Noël en attendant les prochains albums.

 

On peut te retrouver en concert ?

 

Plutôt avec mes groupes pour l’instant, d’habitude en solo j’ai du mal sur scène si j’ai pas cette dynamique de groupe. Là pour cet album j’ai envie de faire un set solo, mais assez détendu, dans des bars etc… Les gros concerts je les garde pour Tel Quel & Frêres de Chaussures. J’ai postulé au Buzz Booster. L’album me plaît, je vais essayer de le faire tourner. On fonctionne 10 fois mieux sur scène que sur Internet, à l’inverse des nouveaux rappeurs je trouve. Beaucoup s’enregistrent chez eux, ou dans des home-studios et assurent pas sur scène. On a débuté par la scène, on aime ça. Dans la vie j’suis plutôt timide mais sur scène j’suis limite schizo. On bosse des vrais concerts. 

 

 

Un grand merci à Nick pour sa sympathie et sa disponibilité. Vous pouvez retrouver toute son actu sur Facebook & sur Youtube, ainsi qu'écouter l'album "Van Gogh avec un sonotone" sur son Bandcamp.

Please reload

Posts à l'affiche

IMAG#2 - Soirée Fil-Rouge sur l'égalité femmes-hommes !

March 3, 2020

1/7
Please reload

Posts Récents