L'interview du mois X CANAPE COCKTAIL CLUB

 

Lauréat de la Bourse des Jeunes Talents 2019, CANAPE COCKTAIL CLUB est un groupe composé de divers artistes nîmois aguerris qui ont eu l'idée de se rassembler dans un projet commun. Un projet cool et original qui parlera aux nostalgiques des 90's et du kitch. Palmiers et canapé sur scène, look à la "baba cool", chemises à fleurs colorées et rétro, ce cocktail d'artistes nîmois vous propose des musiques festives pour chiller à la venue des beaux jours, quoi de mieux ?

 

Etant donné le nombre de membres du groupe, nous allons commencer par une présentation individuelle de chacun.

 

Welch : On va commencer par présenter les absents : Il y a Vil la Truite, le binôme de Sem l’Ours qui est guitariste et chanteur, Johan à la basse et Alexandre Legrand notre technicien son. Et moi je suis Welch, rappeur.

 

Petit Jean : Moi c’est Petit Jean (PJ) je suis le claviériste du groupe.

 

Sem l’Ours : Moi c’est Sem l’Ours rappeur, gardien de la paix et machiavélique benêt.

 

Arthur : Et moi c’est Arthur, le batteur du groupe.

 

Quand et comment votre groupe a-il été créé ?

 

Arthur : A l’occasion de la fête de la musique l’année dernière, Paloma nous avait proposé de faire un concert et d’accompagner trois rappeurs avec des musiciens dont Welch.

 

Welch : C’est grâce à cette première date que l’on s’est rencontré. Dans la formation initiale il y avait Arthur, Johan et moi. On s’est croisé pleins de fois à Paloma. Puis il y a eu la journée avec The Soundtrack où Arthur a été missionné pour trouver d’autres membres pour compléter le live band, il nous a présenté PJ, on a intégré Sem et Vil et on a commencé à répéter ensemble. On répétait des morceaux de Welch et des morceaux de Sem l’Ours et on trouvait dommage de n’avoir aucun morceau commun, donc on a commencé à composer ensemble. On a ajouté une directrice au projet et on a créé notre groupe, Canapé Cocktail Club. C’est à la fin de la journée avec The Soundtrack qu’on s’est fixé comme objectif de participer à la bourse jeune talents. On s’est donné trois semaines pour créer les morceaux, un univers, faire un dossier de presse, avoir une direction artistique…

 

Comment vous avez gérer ça de tout monter en trois semaines ?

 

Arthur : On s’est retrouvé à la régie de Paloma avec Welch pour composer des titres puis on a fait venir PJ pour donner plus de vie aux morceaux avec les claviers, et enfin on a greffé Sem l’Ours sur le projet.

 

Welch : On est passé par une phase de création très courte où Arthur m’envoyait des prods, des extraits, moi j’essayais de gratter et de proposer un thème. On n’a pas bossé comme un groupe mais on a bossé comme des rappeurs. On travaille d’abord sur des boucles simples envoyées par Arthur puis on a étoffé le délire live band avec PJ & Johan qui complétent les morceaux. C’est en travaillant comme ça qu’on a réussi à faire des morceaux, on en a fait quatre ou cinq mais on a même pas joué la moitié sur scène. Maintenant qu’on a remporté cette bourse des jeunes talents on va retravailler les morceaux et on va affiner la direction artistique car en effet, on n’a pas eu le temps de se poser.

 

D’où vous est venue l’idée du nom de ce groupe ?

 

Sem : Parce que la première date qu’on a faite était dans un canapé avec un cocktail dans le club.

.

Welch : La première fois qu’on a joué ensemble on cherchait une scénographie et on a pensé à mettre un canapé sur scène comme on est un peu flemmard avec Sem, et que rester debout pendant 20min c’est dur (rire). Cocktail, car on aimerait bien avoir des cocktails avec nous sur scène, c’était pas possible pendant la BJT, mais on y pensera pour les prochains concerts.

 

Petit Jean : On pourrait aussi avoir des danseuses avec nous sur scène qui nous servent des cocktails.

 

Welch : Après la journée avec The Soundtrack, on est tous allé boire des punchs coco, c’était la soirée où les idées ont commencé à germer, on s’est dit que ça serait cool qu’on fasse un truc tous ensemble. On ne voulait pas garder The Soundtrack, car on est des rappeurs français et on voulait garder un truc français. Du coup on a fait la synthèse de tous les clichés, Canapé, Cocktail, Club.

 

Vous avez une formation peu commune, vous êtes assez nombreux, comment faites-vous pour vous organiser ?

 

Welch : Comme tu vois il en manque la moitié, c’est assez compliqué.

 

Sem l’Ours : Certains sont souvent à Paloma du coup on arrive à se croiser.

 

Arthur : On a fait une grosse journée de résidence pour répéter.

 

Welch : On est nombreux mais pas tant que ça, on est 6. Pour avoir été dans des collectifs où on était plus nombreux : 6 à rapper, 2 DJ, 3 danseurs… Je trouve que la, à 6, chacun à un rôle bien précis.

 

Sem : A chaque fois qu’on fait des répétitions c’est à fond !

 

Welch : Nous ne sommes pas des jeunes de seize ans qui se lançons, les musiciens ont tous un bon niveau donc pour eux bosser ça va vite. Gratter un texte ça va super vite aussi. C’est plus du travail ensemble, de la cohésion, du scénique. La technique on y est quand même habitué, je la bosse dans mon projet solo, pareil pour Sem l’ours. Quand on se rejoint c’est Avengers, mais on est déjà formé individuellement.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre style & vos influences ?

 

Welch : On définit ça comme du hip-hop funk, ou du rap oldschool, c’est large. On a eu peu de temps pour la création et la direction artistique mais on va l’affiner et on risque peut-être même de l’élargir, d’avoir des trucs plus électroniques, on avait par exemple penser à faire rentrer Arthur avec du SPD-S (ndlr: Sampler-Batterie électronique). On est vraiment ouvert à tout, le but c’est vraiment de s’amuser, de rester un peu « kitchouille » dans nos attitudes et de faire quelque chose de festif. Je ne pense pas qu’on va faire des morceaux de dépressif dans ce projet par exemple. On le fait déjà dans nos projets perso et là il y a une énergie qui ne s’y prête pas.

 

Vous avez chacun vos projets personnels, comment avez-vous réussi à faire un projet avec une ambiance commune en conservant la personnalité de chacun ?

 

Arthur : Avec PJ on a l’habitude, on est des musiciens professionnels, on joue dans diverses formules et dans plusieurs styles différents.

 

Petit Jean : C’est un peu comme un acteur qui va jouer un rôle. Il joue ce rôle là aujourd’hui mais peut être que demain il aura un autre rôle à jouer. On le fait tout en gardant notre personnalité comme un acteur garderait sa personnalité.

 

Welch : Pour moi dans le rap ça va plus être des schémas. J’ai des techniques d’écritures qui sont ancrées, que je ne change pas entre les projets, il y a certains trucs dans Welch que tu vas retrouver là aussi. Mais dans tout le reste hormis l’écriture, ça n’a rien à voir et j’en suis content.

 

Sem l’Ours : C’est un projet commun donc on a tous notre personnalité mais un peu atténuée, car il faut respecter l’espace de chacun, accepter les autres. On est ensemble donc on doit coopérer, et vu qu’on a compris qu’on doit être ensemble ça se fait naturellement. On a décidé tous ensemble d’être des Avengers (rires). Ce qui fait la cohérence du groupe c’est qu’on a peu de place pour imposer notre personnalité, qu’on est plus nombreux que sur nos projets à part où on doit prendre toute la place à nous seul, du coup on essaie vraiment d’être pertinent dans ce qu’on va mettre tous ensemble. C’est ce qui fait Canapé Cocktail Club.

 

Vous ne bridez pas votre identité ?

 

Welch : Justement c’est ça qui est cool, Arthur qui a joué dans pas mal de groupes pop, peut nous apporter cette touche là dans certains morceaux. PJ qui a fait de l’orchestre et du bal peut rapporter ça aussi sur certains morceaux. Et au final c’est ça qui fait l’identité du truc. Moi je vais apporter un truc un peu oldschool, Sem son énergie, sa patate sur scène, ces gros hurlements de rockeur, au final ça créer tout ça. On ne se bride pas pour ça et justement c’est une richesse, c’est comme le multiculturalisme en France.  On a tous la vingtaine passée, moi j’ai grandi dans les 90’s j’ai un bail un peu nostalgique de ces mauvais goûts là, les chemises dragons et tout, je commence à être fasciné par ça. C’est une madeleine de Proust un peu, et on aimerait réveiller ça avec Canapé Cocktail Club. On se fait kiffer et tant pis si ça ne marche pas. Ce projet là c’est du kiff, et moi je voulais retrouver ce côté kitch que j’ai renié pendant de nombreuses années et que je trouve ouf aujourd’hui, c’était tellement de mauvais gout que ça décrédibilisait tout le monde de la mode. Et maintenant t’as Dior qui fait des chemises dragons…

 

Quels projets souhaitez-vous réaliser suite à cette victoire ?

 

Welch : On avait pas prévu de gagner, on a présenté nos projets au jury mais maintenant qu’on a un budget il faut choisir. On va surement faire des enregistrements et peut-être de la vidéo.

 

Petit Jean : Pour véhiculer cette image kitch, il n’y a rien de mieux que de la vidéo.

 

Welch : Visuellement on s’inspirerait de vieux films des années 90, tous les stoners movies avec Las Vegas Parano, Austin Powers … Cette image-là qui pourrait bien coller avec nous. On a beaucoup de choses à explorer mais on n’a pas non plus un budget extraordinaire donc il va falloir qu’on fasse des choix stratégiques.

 

Pour terminer vous avez une anecdote à nous partager ?

 

Welch : A la bourse des jeunes talents on a sauté le couplet de Sem sur un morceau…

 

Arthur : Oui j’ai coupé avant le couplet de Sem…

 

Sem : Oui j’ai l’impression qu’on m’avait amputé, il est où mon couplet ?!

 

Retrouvez toute l'actualité de CANAPE COCKTAIL CLUB sur leur Facebook.

 

 

Please reload

Posts à l'affiche

IMAG#2 - Soirée Fil-Rouge sur l'égalité femmes-hommes !

March 3, 2020

1/7
Please reload

Posts Récents