L'interview du mois X Harold Martinez

Le 18 Mai, nous avons rencontré Harold Martinez à Paloma, à l'occasion de la fête de lancement du label Trou Noir Disque. Cette soirée a également été l'occasion pour Harold Martinez de présenter son nouvel album The Grim Reaper. Cet album rend hommage à Michel Garcia, leur défunt ingénieur du son. Laissez-vous emporter par une ambiance sombre et envoûtante, accentuée par la voix torturée d'Harold Martinez.

Qu’est ce qui vous a poussé à faire de la musique ?

Harold Martinez : C’est mon père qui m’a fait écouter de la musique, et beaucoup le skateboard aussi. Notre passé de skateur nous a ouvert beaucoup de portes musicalement. Le skate à l’époque était assez ouvert au rock’n’roll, au rap. Il y a un truc qui coordonnait tout ça, et Jimi Hendrix. On a grandi avec la culture underground.

Comment est né ce projet ?

Harold Martinez : Je gratouillais dans ma chambre comme plein de gamins. Le premier album était un hommage à ma mère. Je l’ai écrit et je l’ai fait écouter à Fabien. Fabien ça fait plus longtemps que moi qu'il fait de la musique et qu’il produit ses propres disques. Je lui ai fait écouter en tant qu’ami, ça lui a plu, ça a déclenché l’envie de l’enregistrer chez lui et d’en faire quelque chose de concret.

Harold Martinez c’est plutôt un groupe, ou vous êtes accompagné de musiciens ?


Harold Martinez : Comme j’ai commencé tout seul, j’ai fait deux concerts seuls, je ne voulais pas prendre un nom particuliè